Activités

Non-prolifération, désarmement et armes de destruction massive (ADM)

Depuis 2003, les thèmes de travail abordés dans le cadre du premier pilier des programmes du CESIM ont porté successivement sur :

En 2005 et 2006, a été en outre mis en place et développé un Observatoire de la non-prolifération et du désarmement, qui a pour ambition d’assurer un suivi global de l’actualité et des débats, recherches, séminaires et conférences dans ce domaine, et de proposer des éléments d’analyse et de mise en perspective à l’intention des experts, praticiens, enseignants et étudiants.

Cet observatoire donne lieu à la publication d’un bulletin mensuel adressé à plusieurs centaines de destinataires.

En 2006-2007, a été également menée une étude du lien entre non-prolifération et désarmement relativement aux armes de destruction massive (analyse historique, positionnement des acteurs, veille sur les principaux séminaires et conférences dans ce domaine, prospective).

Approches politico-stratégiques du nucléaire de défense et de la prolifération

Une approche interdisciplinaire renouvelée de la dynamique des pouvoirs proliférants au regard de l’arme nucléaire avait donné lieu à la publication en 2002 d’un premier article fondateur (Annuaire Français de Relations Internationales – AFRI, Vol. 3). Ce travail de groupe (GSPP, « Géo-socio-psycho-politique » des pouvoirs proliférants) a été poursuivi et approfondi, pour aboutir à l’élaboration d’une grille générique d’analyse des pays proliférants et d’une nouvelle typologie de ces derniers, et à leur application à un certain nombre de scénarios de prolifération historiques ou du temps présent.

Le CESIM a mené par ailleurs en 2006-2007 quatre nouvelles études :

En 2007, le CESIM conduit, à nouveau en coopération avec la FRS, une étude sur l’évolution de la dissuasion nucléaire française après 2015.

Sécurité globale, arms control et nouvelles menaces

Le troisième pilier du CESIM complète les deux premiers en associant nouvelles menaces, nouveaux acteurs institutionnels et nouvelles réponses internationales, en particulier dans le champ de l’arms control. Il couvre trois thématiques principales :

International Group on Global Security (IGGS)

Dans une approche transversale, le CESIM a co-fondé en 2002 et soutient les travaux, séminaires et publications d’un groupe international d’experts seniors (International expert Group on Global Security, IGGS), qui s’est donné pour mandat :

Le premier champ d’application choisi a concerné la sécurité des transports maritimes, et notamment la sécurité du trafic mondial des conteneurs.

En 2005 et 2006, le champ principal des travaux poursuivis par l’IGGS a porté sur les problèmes de la non-compliance des Etats proliférants et, à travers les leçons qu’il faut tirer des crises récentes ou actuelles, sur la recherche de stratégies d’action et de mesures permettant à la communauté internationale de garantir l’efficacité, c’est-à-dire la crédibilité et la légitimité du régime de non-prolifération nucléaire global.

En 2007 et 2008, le programme inclut l’analyse de l’avenir du TICE et une réflexion globale sur les leçons à tirer des concepts et de la pratique de sanctions internationales dans le domaine de la prolifération.